LIRE AU MASCULIN

AUTRES ROMANS

Titre Auteur / Résumé
leschutes
Les chutes

Joyce Carol Oates

Les chutes)

Le cauchemar de toute jeune mariée : se réveiller de sa nuit de noces, veuve! Pire dans le cas d’Ariah Littrell dont l’époux s’est suicidé dans les chutes du Niagara. Faisant fi de cette malédiction, Ariah se remarie avec un avocat étrangement attiré par elle. Portrait d’une mère passionnée et déséquilibrée et drame écologique, ce roman tumultueux (prix Femina étranger 2005) restitue l’atmosphère des années 1950 et 1960 dans une région industrielle où règnent cupidité et corruption. Lorsqu'elle découvre le mot énigmatique que son mari lui a laissé, appuyé contre un miroir de la chambre à coucher de leur suite nuptiale du Rainbow Grand Hotel, à Niagara Falls, État de New York, Ariah est mariée depuis vingt et une heures. Lorsqu'elle apprend le même jour, en début d'après-midi, par la police de Niagara Falls qu'un homme ressemblant à son époux s'était jeté tôt ce matin-là dans les Horseshoe Falls et avait été emporté, disparu sans laisser de traces, elle est mariée depuis un peu moins de vingt-huit heures. Tels sont les faits bruts, cruels, par lesquels commence le dernier roman de Joyce Carol Oates. Mariée et devenue veuve en l'espace d'une journée, Ariah se considère désormais comme vouée au malheur. Elle va devenir, avec le temps, une femme qui s'attend au pire pour échapper à l'anxiété de l'espoir. Une femme aux principes calmes, fatalistes, qui prévoit sa vie avec la sérénité d'un météorologue. Attendant pendant sept jours et sept nuits que l'on retrouve le corps du défunt, elle attire l'attention de Dirk Burnaby, un jeune avocat. Ensemble, ils vont fonder une famille et vivre dix années de bonheur absolu avant que la malédiction des Chutes s'abatte de nouveau… Dans ce roman où l'expérience subjective rejoint la dimension historique, fort d'un univers perpétuellement sous tension et de personnages pessimistes au destin inéluctablement dramatique, Joyce Carol Oates continue d'explorer avec brio l'histoire sociale et politique de l'Amérique.
leparfumdadam
Le parfum d'Adam

Jean-Christophe Rufin

Le parfum d'Adam

Juliette est une jeune militante écologiste, fragile et idéaliste. Elle participe à une opération commando pour libérer des animaux de laboratoire. Cette action apparemment innocente va l'entraîner au cœur d'un complot sans précédent qui, au nom de la planète, prend ni plus ni moins pour cible l'espèce humaine. L'agence de renseignements privée " Providence ", aux Etats-Unis, est chargée de l'affaire. Elle recrute deux anciens agents, Paul et Kerry, qui ont quitté les services secrets pour reprendre des études, l'un de médecine, et l'autre de psychologie. Leur enquête va les plonger dans l'univers terrifiant de l'écologie radicale et de ceux qui la manipulent. Car la défense de l'environnement n'a pas partout le visage sympathique qu'on lui connaît chez nous. La recherche d'un Paradis perdu, la nostalgie d'un temps où l'homme était en harmonie avec la nature peuvent conduire au fanatisme le plus meurtrier.
leventdesmarches
Le vent des marchés

Charles Lancar

Le vent des marchés

Paris, aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale. Les halles, qui abritent les marchés, sont la scène où se côtoient anciens combattants et résistants, collabo repentis, marchands de toujours, syndicalistes et étudiants, voire même certains jours les dames des beaux quartiers. On y suit la vieille Adélaïde, surnommée la Lionne des marchés pour son engagement de toujours dans la défense du métier. Son fils Antoine, ancien poilu respecté de tous, a repris son étal mais aussi son combat, devenant à son tour chef du syndicat des marchands. Au contraire, son second fils, Adrien, a définitivement quitté les halles pour devenir avocat, puis s'engager en politique, en prenant soin de faire oublier ses compromissions dans le régime de Vichy. Cédric, jeune lycéen à la recherche de la vérité sur la mort de sa mère, se chargera de les lui rappeler. Au fil de leurs rencontres se dessine peu à peu un tragique secret de famille. Cette saga familiale attachante est aussi l'occasion pour Charles Lancar de faire revivre le Paris d'après-guerre qui entre dans la modernité. Un Paris festif malgré les rationnements et les règlements de compte, croqué avec une plume alerte et parsemé de tableaux authentiques.
lesemoisdunmarchanddecafe
Les émois d'un marchand de café

Yves Beauchemin

Les émois d'un marchand de café

Peut-on être heureux quand on est un marchand prospère? Un bon matin, Guillaume Tranchemontagne, un millionnaire du café, décide, en se rasant, de faire le bien. Ne serait-ce pas la seule façon d'être en paix avec soi-même, son passé, sa famille et ses contemporains que de donner de son temps et de ses biens? […] Comment le bien fait aux autres peut-il faire si mal? Et les émois de Guillaume ne s'arrêteront pas là. Après s'être défoncé pour un embourbé, le voici qui s'attache un peu trop à la jeune Caroline, recueillie chez lui sous prétexte de lui donner un toit, à elle et au bébé... qui dévoile si spontanément un trop joli sein. D'ailleurs tant de bienfaits finissent par inquiéter les trois enfants du millionnaire. Que leur restera-t-il bientôt? […].
leleganceduherisson
L'élégance du hérisson

Muriel Barbéry

L'élégance du hérisson

Je m'appelle Renée. J'ai cinquante-quatre ans. Depuis vingt-sept ans, je suis la concierge du 7 rue de Grenelle, un bel hôtel particulier avec cour et jardin intérieurs, scindé en huit appartements de grand luxe, tous habités, tous gigantesques. Je suis veuve, petite, laide, grassouillette, j'ai des oignons aux pieds et, à en croire certains matins auto-incommodants, une haleine de mammouth. Je n'ai pas fait d'études, ai toujours été pauvre, discrète et insignifiante. Je vis seule avec mon chat, un gros matou paresseux, qui n'a pour particularité notable que de sentir mauvais des pattes lorsqu'il est contrarié. Lui comme moi ne faisons guère d'efforts pour nous intégrer à la ronde de nos semblables. Comme je suis rarement aimable, quoique toujours polie, on ne m'aime pas mais on me tolère tout de même parce que je corresponds si bien à ce que la croyance sociale a agglo­méré en paradigme de la concierge d'immeuble que je suis un des multiples rouages qui font tourner la grande illusion universelle selon laquelle la vie a un sens qui peut être aisément déchiffré. Et puisqu'il est écrit quelque part que les concierges sont vieilles, laides et revêches, il est aussi gravé en lettres de feu au fronton du même firmament imbécile que lesdites concierges ont des gros chats velléitaires qui somnolent tout le jour sur des coussins recouverts de taies au crochet. À semblable chapitre, il est dit que les concierges regardent interminablement la télévision pendant que leurs gros chats sommeillent et que le vestibule de l'immeuble doit sentir le pot-au-feu, la soupe aux choux ou le cassoulet des familles. J'ai la chance inouïe d'être concierge dans une résidence de grand standing. Il m'était si humiliant de devoir cuisiner ces mets infâmes que l'intervention de M. de Broglie, le conseiller d'Etat du premier, qu'il dut qualifier auprès de sa femme de courtoise mais ferme et qui visait à chasser de l'existence commune ces relents plébéiens, fut un soulagement immense que je dissimulai du mieux que je le pus sous l'apparence d'une obéissance contrainte. C'était vingt-sept ans auparavant. Depuis, chaque jour, je vais chez le boucher acheter une tranche de jambon ou de foie de veau, que je coince dans mon cabas à filet entre le paquet de nouilles et la botte de carottes.
lepeseurdame
Le peseur d'âme

Eve de Castro

Le peseur d'âme

A l'isolateur de Lébédeva, dans les faubourgs de Saint-Pétersbourg, Jacques Hérisson soigne les enfants des rues. Il se dévoue pour le petit Oleg, qu'il a recueilli, pour Piotr, le retraité qui parle aux fantômes, pour Anton, le marin aux paumes trouées. Mais Jacques n'a pas toujours été cet homme qui comprend, pardonne et s'oublie dans le service des autres. Dans sa précédente vie, Jacques avait une jolie femme, deux filles, un statut, des certitudes. Des certitudes surtout. Pourquoi une existence bascule-t-elle ? Comment Jacques, si posé, si rangé, au terme d'un week-end de Toussaint à l'abbaye du Mont Saint-Michel, se retrouve-t-il accusé de folie et de meurtre ? Qu'est pour lui l'étrange croisade des enfants qui, en 1212, a lancé une armée de gamins vers les murs dorés de Jérusalem ? Qui se cache derrière le sourire d'Eve, tentatrice d'hier et d'aujourd'hui ?
revolution
Révolution

J.M.G. Le Clézio

Révolution

« La mémoire est une chose terrible (…). Jouissance et souffrance à la fois, une substance qui se développe et se rétracte, sans qu'on puisse rien faire pour la diriger. » Né à Ipoh, en Malaisie, citoyen de la couronne britannique, Jean Marro passe la plus grande partie de son enfance à l'Ile Maurice, sur laquelle son ancêtre Jean Eudes a débarqué au dix-huitième siècle. Tous les après-midi, en sortant de l'école, il se rend à la Kataviva, un immeuble à la façade décrépite où réside une vieille tante aveugle. Jean ne cherche ni des souvenirs, ni des idées. Tout juste à connaître le secret dont Catherine Marro est la dernière gardienne : Rozilis, la demeure perdue, l'Eden dont les siens ont été expulsés. Catherine, qui l'a choisi pour lui transmettre sa mémoire, exhume pour lui des trésors inépuisables. Au fil de ces rendez-vous où la musique des mots se mélange au pain perdu et à l'odeur du thé vanillé, Jean découvre les mystères du passé. Et si l'entrée progressive dans l'adolescence, puis dans les débuts de l'âge adulte, lui propose d'autres sujets de réflexion, l'amour des filles ou la hantise de la fin de son sursis d'incorporation en pleine guerre d'Algérie, s'il vit à Londres, au Mexique et à Paris, il porte à jamais en lui l'histoire familiale qui l'a fasciné.
celeste
Céleste

Martine le Coz

Céleste

Prix Renaudot 2001 Paris, 1832. Le choléra tient la ville, se faufile dans les faubourgs et traque les beaux quartiers. Partout l'on meurt, jusque dans les ministères. On murmure que c'est là un châtiment divin. Fils d'un planteur et d'une esclave haïtienne, le docteur Lodran soigne son prochain. Les poitrines sont encore gonflées des clameurs révolutionnaires : l'esprit de la Liberté souffle, l'Egalité se cherche... Céleste, seize ans, réclame par amour pour Lodran ce que l'on appelait alors " l'égalité de l'épiderme ". Comme son oncle, le peintre paysagiste Paul Huet, aux côtés d'Alexandre Dumas ; comme le vieux prêtre partisan de Lamennais... tous gens de bonne volonté, êtres lumineux. Roman historique, où se mêlent intrigues et pittoresque, Céleste est avant tout un roman d'amour et sur l'amour
leberkeleya5h
Le Berkeley à cinq heures

Vladimir Volkoff

Le Berkeley à cinq heures

Pendant des années, la brasserie Le Berkeley, avenue Matignon, a été le rendez-vous des spécialistes français du Renseignement. Vladimir Volkoff a imaginé que les « anciens » de la Guerre Froide se retrouvaient là autour d’un whisky ou d’une vodka et, l’un après l’autre, racontaient leur guerre, ou telle anecdote, tel épisode vécu, particulièrement sympathique d’une époque et d’un état d’esprit. Il en résulte 4 récits en faisceau centrés sur ce que fut la politique de l’ombre d’une après-guerre qui s’est arrêtée en 1988...Quoique retraités, les espions et contre-espions présentés ici évoquent pour le plaisir, leurs coups les plus tordus ou les plus fumants, de la Seconde Guerre l'Algérie, de l'Indochine à la Guerre froide... Un psychiatre soviétique dissident enquête aux États-Unis sur les techniques de privation sensorielle. Un chef rebelle algérien propose de se rallier à la France au moment même où de Gaulle vient de décider secrètement l'indépendance. Afin d'éliminer ses propres services spéciaux, qui en savent trop sur lui, un président fait couler un bateau d'écologistes...
saigon
Saïgon

André le Gal

Saïgon

"Paris, 1936. Timo, 20 ans, vit joyeusement, sans se douter que pour l'empêcher de toucher un héritage, son demi-frère n'hésite pas à l'accuser d'un crime dont il est innocent. Il faut fuir. Destination : Saigon. La bévue (voulue ?) d'un ami révèle son adresse clandestine à son demi-frère. Timo est arrêté par la police de Saigon. C'est le début d'un infernal tourbillon. Mais son désir de vengeance est le plus fort et il revient en France régler ses comptes avec son demi-frère, sans savoir qu'un personnage, dans l'ombre, s'affaire à sa perte.
lamortduroitsongor
La mort du roi Tsongor

Laurent Gaudé

La mort du roi Tsongor

"Récit fabuleux inspiré des tragédies grecques et de légendes africaines, La Mort du roi Tsongor plante son fascinant décor au cœur d'une Afrique ancestrale. L'histoire ? Le vieux roi Tsongor, qui a depuis longtemps fait taire ses instincts guerriers, marie sa fille Samilia au fortuné prince Kouame. Mais voilà qu'un deuxième prétendant s'interpose, auquel Samilia avait jadis promis sa main. Tsongor refuse de choisir entre les deux hommes. Il se donne la mort avec l'aide de son serviteur. Une guerre sanguinaire éclate alors entre les deux parties. Le jeune dramaturge Laurent Gaudé quitte la scène le temps d'un très beau roman, où l'imaginaire romanesque embrasse les grands thèmes de la tragédie classique tels que l'héroïsme, la vengeance, la honte et le pardon. Un livre flamboyant.
instructionpoursauverlemonde
Instuction pour sauver le monde

Rosa Montéro

Instuction pour sauver le monde

Quatre personnages plongés dans l’apocalypse de la modernité d’une grande cité vont voir leurs destins se croiser. Un chauffeur de taxi veuf qui ne peut pas se remettre de la mort de sa femme, un médecin sans illusions perdu dans les espaces virtuels de Second Life, une prostituée africaine accrochée à la vie que protège son totem, un petit lézard, et une vieille scientifique alcoolique et pédagogue sont les héros de ce conte philosophique sur fond d’assassinats en série, de terrorisme et de petits prodiges. Rosa Montero écrit une histoire d’espérance, une tragicomédie entre humour et émotion. Un texte captivant qui nous montre que "la vie est belle, folle et douloureuse. Une fable pour adultes pour profiter de la beauté, maîtriser la douleur et rire de cette incroyable folie".
cequejesaisdeveracandida
Ce que je sais de Véra Candida

Véronique Ovaldé

Ce que je sais de Véra Candida

Quelque part en Amérique du Sud, dans l’île de Vatapuna ou à Lahomeria, trois femmes d’une même lignée semblent prédestinées à connaître le même sort : mettre au monde une petite fille et être forcée de taire à jamais le nom du père. Elles se nomment Rose, Violette et Vera Candida. Ce sont des femmes éprises de liberté mais enclines à la mélancolie, des femmes téméraires mais sujettes aux fatalités propres à leur sexe. Chacune à sa manière se bat pour faire honneur à ce qu’elles sont : des mères affranchies, bien décidées à se choisir ellesmêmes leur destin.
mazag
Mazag

Robert Solé

Mazag

Basile Batrakami, alias BB, a quitté l'Égypte au début des années 50. Un jeune cousin éloigné gagne comme lui Paris en 1963. BB a alors une réputation d'homme puissant, confirmée lorsqu'il trouve en un coup de fil une chambre bien située et bon marché à son cousin. Mais quel but poursuit cet homme qui reçoit dans un bureau miteux tous les après-midi, et qui se sert d'un réseau serré de relations haut-placées pour rendre des services aux uns et aux autres ? Occupation d'autant plus mystérieuse, que BB fait preuve d'une sainte horreur des cadeaux et autres pots-de-vin. De plus en plus fasciné par son parent, le jeune étudiant se lie d'amitié avec lui, et tente de comprendre cette personnalité complexe.
unesoireeaucaire
Une soirée au caire

Robert Solé

Une soirée au caire

Ce soir-là, au Caire, Dina reçoit. Une petite société cosmopolite se presse dans l'ancienne maison de son beau-père, Georges bey Batrakani, qui fut le roi du tarbouche. L'Egypte, en pleine effervescence sociale et religieuse, a beaucoup changé depuis les années 1960. La plupart des membres de la famille Batrakani, dispersés aux quatre coins du monde, n'y sont jamais revenus, préférant vivre avec leurs souvenirs. Ce n'est pas le cas de Charles, le narrateur, qui, après une longue période d'amnésie volontaire, séjourne régulièrement au Caire. " Notre monde a disparu, constate-t-il, et je continue pourtant à guetter les battements de son coeur et ses sourires. " Mais pourquoi revient-il en Egypte une deuxième fois cette année, " avec un faux passeport " ? Il est confronté à Dina, qui le subjuguait naguère ; à Negm El-Wardani, le séducteur à la hussarde ; à Josselin, l'égyptologue français en chasse de vestiges et de mécènes ; à Yassa, le chauffeur copte, qui a toujours un mot pour adoucir les malheurs de l'existence. Au milieu de la soirée, apparaît une jeune femme, Amira, et un voile se déchire. Le présent aurait-il autant de force que le paradis perdu ?
quartierdutemple
Quartier du temple

Hélène Millerand

Quartier du temple

Le 13 octobre 1857, il fait une chaleur d’été dans un Paris bouleversé par les Embellissements d’Haussmann ordonnés par l’empereur Napoléon III. Maxime, tout juste arrivé de Normandie pour étudier au Conservatoire de musique, approche d’une fontaine lorsqu’une jeune fille le hèle pour le prévenir des dangers à boire l’eau de Paris. Elle s’appelle Fanny Herschel. Jeune juive indocile, elle a les yeux de la célèbre comédienne Rachel, noirs et immenses. Et espère elle aussi échapper à sa condition, à l’hostilité due à sa race et à la rude autorité de son père. Ces yeux-là, le jeune Maxime les recroise quartier du Temple, au détour d’un chantier, lors d’un concert, ou dans la foule qui accompagne l’enterrement de Rachel. Après une tentative d’attentat contre l’empereur, en raison de son amitié avec un Républicain, Maxime quitte la capitale grâce à la complicité de Fanny. Secrètement enceinte, fiancée à un veuf qu’elle se refuse d’épouser, la jeune fille, fière et solitaire, prend son destin en mains.
cestunechoseetrange
C'est une chose étrange à la fin que le monde

Jean d'Ormesson

C'est une chose étrange à la fin que le monde

« Un beau matin de juillet, je me suis demandé d'où nous venions, où nous allions et ce que nous faisions sur cette terre ? Pourquoi y a-t-il quelque chose au lieu de rien ? » Nous sommes des êtres vivants qui nous interrogeons sur ce que nous faisons là, sur ce qui s'est passé avant, sur ce qui arrivera après. Le coeur du problème est de savoir - ou de deviner, d'imaginer - si toute vie est absurde ou si le monde a un sens. Et une fois au moins, dans la vie de chacun d'entre nous, on peut penser que deux questions - et deux questions seulement - auxquelles il est difficile de se soustraire ne peuvent manquer de se poser ; La première est : Dieu existe-t-il ? La seconde est : qu'y a-t-il après la mort ? A ces deux questions, Jean d'Ormesson répond : moins invraisemblable que les systèmes inventés pour le remplacer, Dieu n'est pas impossible et il est permis d'espérer après la mort, quelque chose que les hommes ne peuvent ni concevoir ni imaginer et dont ils sont incapables de parler. Ce roman, présenté sous la forme de courts chapitres, nous fait une fois de plus réfléchir à la question des débuts de l'Univers, de l'existence de Dieu, de la vie après la mort. La première partie est présentée sous forme de réflexions de Dieu lui-même sur les mystères de la création du monde, ainsi que sur sa propre existence. La seconde partie se consacre davantage aux mystères de la vie après la mort. Ainsi, ce livre nous fait réfléchir sur ces choses dont nous ne savons rien ou presque rien en nous livrant, tout au long de l'ouvrage, quelques rappels historiques et scientifiques. Le tout est écrit dans un vocabulaire très accessible et se lit très aisément.
lesfantomesdegoya
Les fantômes de Goya

Jean-Claude Carrière

Les fantômes de Goya

Un homme issu du peuple, un Espagnol nommé Lorenzo, devenu inquisiteur parce qu'il croit la foi chrétienne en péril. Au Saint-Office, sa voix est l'une des plus écoutées. Et il est l'ami du célèbre Francisco Goya, peintre officiel de la Cour. Empêtré dans une histoire très fâcheuse, Lorenzo est obligé de s'enfuir en France. Quand il revient dans son pays, il a changé de foi, ses idées sont nouvelles, mais il est toujours le même homme : un extré-miste. Dans une époque bouleversée (l'Espagne au temps de la Révolution française et des guerres de Napo-léon), Lorenzo va tenter d'agir, de rendre le monde meilleur, et cela sous les yeux de Goya, auxquels rien n'échappe. Il y a ceux qui, comme Lorenzo, veulent à toute force changer le monde et ceux qui, comme Goya, se contentent de le montrer tel qu'ils le voient. Une histoire d'égarements, de passions divines et humaines, d'amour, de pouvoir, d'illusions, qui dit qu'il peut exister un extrémisme de la liberté, comme de l'oppression, et que la lumière peut aveugler tout au-tant que l'obscurité.
lamaitressedebrecht
La maîtresse de Brecht

Jean-Pierre Amette

La maîtresse de Brecht

Quand le romanesque se joue de l'histoire, quand la fiction tisse sa toile dans la réalité, pour en faire ce qu'elle veut. La Maîtresse de Brecht est ainsi, puisant dans cette Allemagne à genoux, ruinée, détruite de l'après-guerre. On est en 1948. Bertold Brecht, dramaturge anarchiste réputé, ayant fui les nazis, rentre d'exil, de retour de Californie. Dans Berlin-Est, les autorités communistes ont pris le pouvoir. Son retour est triomphal. Tandis que partout des agents rétablissent l'ordre, reconstruisent le pays, éduquent les esprits, on lui donne des moyens considérables pour monter le Berliner Ensemble. Pas de hasard. Si Brecht est un formidable séducteur, on se méfie de lui, de ses idées, de ses actes. Pour mieux le surveiller, l'encadrer, le saisir, l'agent Hans Trow lui colle aux basques et à la peau une jeune comédienne, mystérieuse et théâtrale, Maria Eich. En attendant de jouer Antigone, elle sera sa maîtresse. Jacques-Pierre Amette tire les ficelles de son roman à partir de ces trois portraits dans un décor fastueux, entre coulisses et fatras, entre la scène et les gravats, entre les uniformes et les costumes. Peu importe que l'histoire soit vraie, inventée ou non, puisqu'elle est écrite. Et bien écrite, sans effet, sans rajout ni repentir, sans pathos. Avec les justes mots ou les mots justes, à la manière de Brecht.
laveritesurlaffaireharryquebert
La vérité sur l'affaire Harry Québert

Joël Dickert

La vérité sur l'affaire Harry Québert

À New York, au printemps 2008, alors que l’Amérique bruisse des prémices de l’élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente : il est incapable d’écrire le nouveau roman qu’il doit remettre à son éditeur d’ici quelques mois. Le délai est près d’expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d’université, Harry Quebert, l’un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d’avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison. Convaincu de l’innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements : l’enquête s’enfonce et il fait l’objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d’écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s’est-il passé dans le New Hampshire à l’été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ? Sous ses airs de thriller à l’américaine, La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert est une réflexion sur l’Amérique, sur les travers de la société moderne, sur la littérature, sur la justice et sur les médias.