Nouveautés Juillet 2012

imagesachatsjuillet2012r

Titre Auteur / Résumé
lalistedemesenvies
La liste de mes envies

Grégoire DELACOURT

La liste de mes envies

Jocelyne, dite Jo, rêvait d’être styliste à Paris. Elle est mercière à Arras. Elle aime les jolies silhouettes mais n’a pas tout à fait la taille mannequin. Elle aime les livres et écrit un blog de dentellières. Sa mère lui manque et toutes les six minutes son père, malade, oublie sa vie. Elle attendait le prince charmant et c’est Jocelyn, dit Jo, qui s’est présenté. Ils ont eu deux enfants, perdu un ange, et ce deuil a déréglé les choses entre eux. Jo (le mari) est devenu cruel et Jo (l’épouse) a courbé l’échine. Elle est restée. Son amour et sa patience ont eu raison de la méchanceté. Jusqu’au jour où, grâce aux voisines, les jolies jumelles de Coiff’Esthétique, 18.547.301€ lui tombent dessus. Ce jour-là, elle gagne beaucoup. Peut-être.
lametairieetlechateau
La métairie et le château

Michel Jeury

La métairie et le château

Tiénot a onze ans en 1918. La Grande Guerre a bouleversé les repères et les comportements, les gens ont changé. À la métairie où vivent Tiénot, ses parents et sa petite sœur, l’atmosphère s’assombrit. Les certitudes enfantines de Tiénot meurent doucement. Son regard sur le monde se fait interrogateur et inquiet. Sa petite amie d’enfance, Justine, une fille de l’assistance recueillie par ses parents, se retourne contre lui et se moque de son affection. Son père n’est plus le gaillard qu’il était : les gaz l’ont laissé invalide, cloué au lit, impuissant et amer. Quant à la belle Mado, sa mère, elle perd la tête pour Joseph, un bellâtre sans cœur qui martyrise ses enfants pendant que le père est à l’hôpital. Alors, qu’est-ce qui fait tenir Tiénot ? Sa passion, ce qui lui fait battre le cœur et l’exalte, ce sont les univers qui se téléscopent autour de lui. D’un côté les magnifiques bois de Hautefage qui grouillent d’une vie minuscule et majestueuse, de l’autre le château où s’agitent les idées modernes (comme l’émancipation des métayers) et les progrès du nouveau siècle : l’aviation, la libération des femmes (les petites amies du fils de famille, qui conduisent des automobiles et se préparent à occuper un emploi). Mais ces consolations finissent par perdre de leur puissance face à la violence de Joseph et à l’amour aveugle que lui porte Mado. Tiénot doit réagir s’il veut sauver sa peau et redonner un peu de dignité à sa mère. Encouragé par la Toca Braso, une vieille rebouteuse, et surtout par son grand-père, Tiénot se décide à faire déguerpir Joseph. Une nuit, protégé par son grand-père armé d’un fusil, Tiénot passe à l’attaque. Mais en chassant l’ennemi, il doit pour toujours dire adieu à l’enfance.
avenuedesgeants
Avenue des géants

Marc Dugain

Avenue des géants

Inspiré d’une histoire vraie qui s’est déroulée entre le milieu des années 60 et la fin des années 70, Avenue des géants raconte le terrible destin de Edmund Kemper –ici appelé Al Kenner – tueur en série qui défraya la chronique aux États-Unis. Kenner connaît une enfance particulièrement difficile. Enfant de parents divorcés, il est confié à la garde de sa mère – une femme caractérielle, dominatrice, impulsive, maltraitante. À l’adolescence, il est envoyé chez ses grands-parents paternels, qui habitent une ferme en Californie. Il subit alors la tyrannie de sa grand-mère, copie conforme de sa mère… en pire. Un jour, alors qu’il rentre d’une partie de chasse, Al abat froidement ses grands-parents. Aux policiers, il explique : « Je voulais juste voir ce que ça ferait de tuer grand-maman ». Bien qu’âgé de 16 ans, il est interné dans un hôpital psychiatrique pour adultes. Libéré à l’âge de 21 ans sur décision favorable des psychiatres, ce jeune homme – devenu un géant de 2,10 m – réussit à tenir ses démons en cage pour un moment. Il obtient un poste dans la Division des Autoroutes californiennes et prend un appartement à Alameda, près de Santa Cruz. Al s’est toujours senti abandonné. C’est un être cassé, humilié, rejeté depuis sa plus tendre enfance. Quand son rêve de devenir policier s'écroule à cause de sa taille et de son poids, son sentiment d’injustice est à son paroxysme. Il doit se venger. Tuer. Violer. Démembrer. C’est avec une minutie effrayante qu’il prépare ses meurtres. Il va assassiner six jeunes auto-stoppeuses, toutes étudiantes à l’Université du comté de Santa Cruz. Il dépèce les victimes à la fois « par curiosité » et pour que les corps soient plus difficiles à identifier. Il possède un stock de Polaroïds des cadavres, qu'il regarde souvent en fantasmant ; quand il ne ramène pas carrément leurs têtes en guise de trophées. Kenner sombre alors dans une forme grave de schizophrénie : le tueur sanguinaire semble complètement inséré dans la société, et passe même de long moment avec ses amis policiers qui lui racontent les difficultés de leur enquête sur le tueur en série qui sévit dans la région ! C’est après le meurtre de sa mère, en 1973, qu’il se livre à la police après trente heures de conduite sur les routes du Colorado. Au psychiatre, Kenner déclare : « Je voulais faire du mal à ma mère ». Il touche alors du doigt la clé du problème. Il élimine des femmes qu'il associe à sa mère : celle-ci travaillait à l'université, il choisit donc des étudiantes. Jugé responsable de 8 meurtres, Kenner est condamné à la prison à perpétuité. Dans ce roman puissant et captivant Marc Dugain s’applique à décrire la figure du mal quand elle s’incarne dans un tueur en série. Il conjugue ici sa passion pour les États-Unis avec son intérêt toujours vif pour les personnages décalés, marginaux, voire fous, mais qui permettent de saisir l’humanité dans ses contradictions et ses excès.
lamaisondeleyla
La maison de Leyla

Zülfü Livaneli

La maison de Leyla

Leyla est la descendante ruinée d'une grande famille stambouliote. Jadis propriétaire d'un yali, une des ces magnifiques demeures au bord du Bosphore, elle n'a plus que la jouissance d'une petite dépendance située sur le même terrain. Quand Omer, le nouveau propriétaire du yali, parvient à l'expulser, elle est accueillie par Yusuf, le fils de l'ancien jardinier de sa famille. La vieille dame découvre alors un quartier moderne et cosmopolite d'Istanbul, et grâce à la compagne de Yusuf, le monde des artistes et des marginaux. Roxy – de son vrai nom Rukiye, est en effet chanteuse de hiphop, et malgré une hostilité initiale, une vraie amitié se noue entre les deux femmes. Quand l'ancien yali de Leyla est vidé de ses meubles, la découverte de la photo d'un officier britannique vient confirmer une rumeur : la ressemblance de Leyla avec ce Robert Whitaker est si troublante qu'il ne peut pas y avoir de doute : la vieille dame est née de l'union illégitime d'une Ottomane avec un Anglais. Puis, quand Leyla retourne voir son ancienne maison, elle rencontre Ali Yekta, le père du nouveau propriétaire. Quand elle lui apprend qu'elle a été expulsée et humiliée par son fils Omer, Ali Yekta s'en prend violemment à sa belle-fille, qui est à ses yeux responsable du comportement immoral d'Omer. Son indignation va le conduire jusqu'en prison pour meurtre, mais aider Leyla à récupérer son yali. Peu de temps après, elle y mourra, non sans avoir légué sa maison à l'enfant de Roxy, que cette dernière a appelé Leyla, comme sa vieille amie. Avec un sens du romanesque très marqué, ce nouveau roman du conteur turc nous plonge dans la société stambouliote d' aujourd' hui, une société où les couches sociales aussi diverses que l'ancienne aristocratie ottomane, le monde des nouveaux riches et les Turcs revenus d'Allemagne cohabitent. Quelques digressions historiques sur l'occupation britannique, le déplacement des populations ou Atatürk enrichissent ce tableau passionnant d'un pays déchiré entre tradition et modernité, entre Orient et Occident.
volteface
Volte face (Pol)

Michaël Connelly (Pol)

Volte face

Grand avocat de la défense, Mickey Haller est bien surpris lorsque le procureur du comté de Los Angeles le prie un jour de plaider pour l’accusation. Et l’affaire n’est pas des moindres. Incarcéré depuis vingt-quatre ans pour le meurtre d’une fillette, Jason Jessup vient d’être libéré sous caution, le tribunal ayant conclu à la nécessité d’une révision de son procès suite à un test ADN qui semble l’innocenter. Haller est sûr que Jessup est coupable et prend Harry Bosch comme enquêteur et son ex-épouse, Maggie McPherson, comme assistante. En face de lui, l’avocat Clive Royce, dit « l’astucieux », et des médias tout excités par ce procès : quoi de plus sensationnel qu’un tueur innocenté par son ADN ? À ceci près que Jason Jessup, qui parade devant les médias le jour, se livre à d’étranges activités la nuit
lasirene
La sirène (Pol)

Camilla Läckberg (Pol)

La sirène

Dans ce sixième volet de ses aventures, l’irrésistible enquêtrice au foyer Erica Falck, enceinte de jumeaux, ne peut s’empêcher d’aller fouiner dans le passé d’un écrivain à succès lorsque celui-ci commence à recevoir des lettres de menace anonymes qui semblent liées à la mystérieuse disparition d’un de ses amis…