LIRE AU MASCULIN

LOUIS XIV

Titre Auteur / Résumé
lamarquisedesombres
La marquise des ombres

Catherine Hermary-Vieille

La marquise des ombres

Après une enfance endeuillée par la mort de sa mère, Marie-Madeleine d'Aubray arrive en 1643 à Paris, où son père est nommé lieutenant civil. Marie-Madeleine rêve sa vie future et s'imagine grande dame, riche, fêtée et, par-dessus tout, aimée. Le mariage organisé par son père avec Antoine Gobelin, bientôt marquis de Brinvilliers, ne lui apportera que le confort financier et ne comblera pas ses désirs. Ses deux passions profondes vont alors très vite trouver à s'incarner en deux hommes qui seront mêlés à toute sa vie : l'argent, en Pierre-Louis de Penautier, trésorier des états de Languedoc et homme d'affaires, et l'amour, en Jean-Baptiste de Saint-Croix, aventurier et alchimiste. Dès lors, le destin de la marquise de Brinvilliers est tracé. Dépensant sans compter pour satisfaire ses goûts de luxe et encore plus ceux de son amant, se lançant dans des placements aventureux conseillés par Penautier, elle vivra des années brillantes sans cesser d'être au bord de la ruine. Prête à tout pour sauver les apparences qui lui tiennent lieu de bonheur, Marie-Madeleine ne saura pas arrêter l'enchaînement infernal qui la mènera jusqu'au crime. Autour d'une femme entraînée par sa faiblesse et ses passions, Catherine Hermary-Vieille a peint la vie d'une société et d'une époque où l'éclat des uns ne cache pas la misère des autres. Un extraordinaire travail de recherche lui a fait découvrir un personnage fascinant, émouvant, inoubliable, que sa sensibilité et son talent lui ont permis d'animer.
uneombresurleroisoleil
Une ombre sur le roi soleil

Claude Quétel

Une ombre sur le roi soleil

Une plongée dans les recoins les plus sombres de la cour de Louis XIV, à la découverte d'une série de complots et de pratiques occultes qui vont toucher de très près la personne même du roi, à travers ses familiers et courtisans... Quand La Reynie, lieutenant général de la police de Paris, fait arrêter la marquise de Brinvilliers, il est loin d'imaginer où il met les pieds. Les révélations de cette dernière, finalement brûlée le 17 juillet 1676 pour empoisonnement, plongent la monarchie dans une de ses périodes les plus sombres. Alors que les arrestations se multiplient dont celle de La Voisin, personnage clé de l'affaire, les policiers remontent jusqu'à la cour et mettent au jour des pratiques de sorcellerie qui touchent toutes les populations, y compris des proches de Louis XIV, et risquent d'atteindre la personne du roi… De simple fait divers, les Poisons vont pendant plus de six ans prendre des allures d'affaire d'Etat…
lemontespan
Le Montespan

Jean Teulé

Le Montespan

En 1663, Louis-Henri de Montespan, jeune marquis désargenté, épouse la somptueuse Françoise « Athénaïs » de Rochechouart. Lorsque cette dernière accède à la charge de dame de compagnie de la reine, ses charmes ne tardent pas à éblouir le monarque à qui nulle femme ne saurait résister. D'époux comblé, le Montespan devient alors la risée des courtisans. Désormais, et jusqu'à la fin de ses jours, il n'aura de cesse de braver l'autorité de Louis XIV et d'exiger de lui qu'il lui rende sa femme. ...
madameletrangere
Madame l'étrangère, la Princesse Palatine

Jacqueline Duchêne

Madame l'étrangère, la Princesse Palatine

1671. La princesse Palatine Elisabeth-Charlotte de Bavière arrive en France pour épouser le duc d'Orléans, Monsieur, frère du roi. Elle sait qu'elle aura, au coeur de la cour la plus brillante d'Europe, le titre prestigieux de Madame, mais que l'homme à qui elle est promise n'aime pas les femmes. La Palatine devra lutter. Contre la mélancolie de l'expatriation, contre les complots des favoris de son mari. Subir aussi la volonté de Louvois, décidé à détruire son Palatinat. Affronter l'hostilité de la Maintenon qui intrigue, contre les enfants de Liselotte, en faveur des bâtards de la Montespan. Au milieu de tous ces tourments, la complicité de Louis XIV est le seul rayon de soleil de la Palatine. Le franc-parler de l'étrangère, son insolence, son goût de la chasse et de la vie plaisent infiniment au monarque, quand il n'est pas contraint par ses maîtresses de prendre ses distances avec elle. La Palatine vit, la Palatine résiste et surtout, la Palatine écrit des centaines de lettres pleines d'esprit et témoignant d'un sens aigu de l'observation. Et c'est à partir de cette correspondance mordante que Jacqueline Duchêne a construit ce roman d'une belle intensité, qui met en lumière l'une des femmes les plus attachantes du Grand Siècle - et la plus surprenante.